Jumeaux et vieux mythes : y a-t-il un dominé et un dominant ?

 

jumeaux

L’énigme autour des frères ou sœurs jumeaux intrigue toujours autant leur entourage. Ils sont reliés par une relation unique, que même la science ne parvient pas à percer. A travers le monde, on compte près de 150 millions de jumeaux, qui représentent une naissance sur cent. Pour dire qu’ils sont nombreux, et continuent à faire parler d’eux.

 

Il existe de plus en plus de gens du même âge et de forte ressemblance. En l’espace de 30 ans, le nombre de naissance de jumeaux a bondi de 60% dans l’Hexagone. Une hausse qui s’explique par l’effet des maternités tardives et des progrès des traitements contre l’infertilité. Dans la majorité des cas, ce sont de faux jumeaux.

 

Comment différencier les faux et les vrais jumeaux ?

 

En fait, on distingue deux sortes de jumeaux, les vrais et les faux. Les vrais jumeaux que l’on appelle monozygotes sont issus d’un même œuf qui s’est divisé en deux. Ils sont faciles à reconnaître, car ils se ressemblent physiquement du fait qu’ils partagent à 100% le même patrimoine génétique. Sinon, les faux jumeaux dits dizygotes proviennent de deux œufs distincts fécondés par deux spermatozoïdes. Ils peuvent être du même sexe ou de sexe opposé. Ils partagent à 50% leurs gènes, c’est pourquoi ils sont physiquement distincts.

 

Le concept du dominant et dominé chez les jumeaux

 

On associe des croyances et des mythes aux gémellités. Autant de faits et d’idées reçues qui ne sont pas tous avérées.

 

Entre ces duos, le rapport de force du dominant/dominé est souvent évoqué. Cela remonte à la mythologie. En fait, cette relation n’est pas systématique chez les doubles, et même si elle existe, elle n’est pas figée. Au fil de leur développement, chacun des deux développe son caractère avec ses qualités et défauts respectifs. En parallèle, la relation évolue et les rôles s’échangent en fonction de l’âge et des domaines.

 

Pour mieux expliquer ce phénomène, on dira tout simplement que celui qui est dominé peut devenir un dominant plus tard. Selon un psychologue qui s’est penché sur le sujet, il est anormal que les jumeaux maintiennent une rivalité figée à l’âge adulte. Si c’est le cas, « l’une des étapes de leur développement s’est mal passée » conclut l’expert. Malgré les apparences, le rapport de dominant/dominé n’a pas de place dans ce couple. Autrement dit, il n’y a pas de jumeau supérieur à l’autre. Le rôle peut s’inverser au fil des âges, et vice-versa.

Les différentes phases d’évolution des jumeaux

 

Au cours de leur évolution, les jumeaux traversent trois phases bien distinctes. La première est une phase de fusion, et se déroule entre la naissance à l’âge de 2 ans. Les parents étant surchargés en s’occupant de deux petits à la fois, il devient impossible d’établir des relations individuelles. Entre la période comprise entre 2 et 6 ans, le duo entreprend une relation de complémentarité. Arrivés à la phase d’autonomie qui commence à partir de 6 ans, ces deux êtres s’ouvrent à d’autres personnes. Ils deviennent ainsi deux personnes différentes.

 

Conclusion, les vieux mythes sont faussés par les études bien fondées des spécialistes. Chaque jumeau ou jumelle développe sa propre personnalité lorsqu’il ou elle grandit. Le dominé ou dominant n’est qu’un concept imaginé par leur proche.

Laisser un commentaire